Tour RTS

Tour RTS

Le volume de verre et d’acier poli capte l’environnement et le "climat" qui l’entoure. Il change et réagit à la lumière, aux reflets du ciel, à l’atmosphère de l’Arve. Il est toujours différent, jamais le même. Le volume de verre et d’acier poli laisse filtrer son monde intérieur. Au gré des activités qui s’y déroulent, il se différencie à toute heure du jour ou de la nuit. Il est la vitrine d’une collectivité de travail, toujours mouvante, dont les connexions et les réseaux s’affichent derrière de grands vitrages, à l’échelle de la ville. Pas de sédimentation des étages, pas de "petites fenêtres", mais une texture mobile, active, qui, tels des pixels, dénote une activité de communication, de flux, de mise en réseau. Pas d’image de "citadelle", mais de grandes ouvertures sur le paysage qui sont autant de vitrines publiques de la rencontre et de l’échange entre les collaborateurs et le public, à l’écoute du monde contemporain.
La tour est aujourd’hui un volume rectangulaire dressé verticalement. Elle est un emblème hiératique, un peu froid et relativement opaque. Le projet propose d’agir non seulement sur sa façade, mais aussi sur sa forme, afin que d’emblème elle devienne symbole...
a) Ouvrir la forme... c’est passer d’un volume en "i" à un volume en "z"; c’est passer d’une forme solitaire à une forme qui se plie dans un environnement.
b) Poétiser la forme... c’est passer d’un volume verticalisé par l’inox à un volume pixelisé par l’inox; c’est passer d’un volume sans image à un volume d’images; c’est passer d’un volume silencieux à un volume murmurant; c’est passer à un volume gai.

Catégories
architecture / réalisation /
Date

2010

Statut

Construit

Lieu

Genève GE CH

Collaborateurs

Alan Castoldi, Frédéric Crausaz, Christian Pesch, Alfonso Gonzalez

Surface (SP)

18'400